Changement climatique:L’avenir de l’Afrique préoccupe les experts environnementaux


   Un colloque international sur les sciences de l’eau, du climat et de l’environnement vient de s’achevé à l’Université de Ngaoundéré.

Le colloque a réuni du 21 au 25 novembre plus d’une centaine de chercheurs en provenance d’une quinzaine de pays de deux continents (Europe, Afrique),une vingtaine de décideurs et plus de 200 étudiants de l’Université de Ngaoundéré.Durant cinq jours les participants ont planché sur le thème : « Sciences de l’Eau, du Climat et de l’Environnement pour un développement durable de l’Afrique ». Les objectifs étant selon  les organisateurs, de relever le défi du développement durable de l’Afrique, de contribuer à une utilisation efficace et efficiente des ressources naturelles au bénéfice des générations futures en fournissant aux décideurs et opérateurs environnementaux publics et privés des recommandations sur les besoins réels de la population .Au total ,huit sous-thèmes ont été exposés par les participants ,entre autres l’analyse de la variabilité climatique et modes d’adaptation ;érosion des sols et flux sédimentaires ;biogéographie et gestion de la biodiversité. Certains de ces thèmes sont les résultats des travaux universitaires des étudiants en cycle de recherche à la faculté de sciences de l’Université de Ngaoundéré.

Ce colloque est le fruit de quatre ans d’efforts conjoints entre l’Université de Ngaoundéré avec celle de Rouen en France et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD).Depuis de  nombreuses années, des programmes internationaux soutenus par l’IRD ont permis de structurer des activités de recherche et de formation en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale ;qui ont permis à des équipes de l’Université de Ngaoundéré et de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (Niger) de fédérer leurs efforts autour de chantiers et de problématiques communs dans le bassin du lac Tchad. Ces programmes s’inscrivent dans une politique à long terme qui vise à soutenir la mise en place des réseaux de compétences sur les interactions Eau –Climat-Environnements-sociétés en Afrique francophone .Ils sont basés sur le développement des capacités par la formation d’étudiants (diplômes de Master ) et de jeunes chercheurs(doctorants) pour consolider les compétences.

Les travaux de Ngaoundéré qui constituent une plate forme d’échanges des expériences entre chercheurs permettront de formuler de nouvelles stratégies nationales et régionales adaptées aux problématiques sociales .A l’heure où le continent connaît les méfaits du changement climatique dans, la présentation de ces travaux de laboratoire par les experts en géoscience et en science de l’eau doit être  soutenue des pouvoirs publics.

Louis BAASSID

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s