Développement :La ville d’Amchidé s’offre un plan sommaire d’urbanisation


La cérémonie de lancement s’est déroulée le 18 septembre 2010, présidée par le préfet du Mayo Sava.
C’est une grande première dans la partie septentrionale du Cameroun. Qu’une ville qui ne soit ni un chef lieu de région, ni un chef lieu de département, encore moins un arrondissement puisse se doter d’un document aussi important qu’un plan sommaire d’urbanisme (Psu). Mais de part sa position stratégique de ville frontalière d’avec le Nigeria et vu la dernière démarcation des frontières entre le Cameroun et son voisin, le projet ne pouvait qu’être vivement souhaité. D’ailleurs pour Aladji Oumaté Ali, représentant le maire de Kolofata, le constat est clair : « la ville cosmopolite d’Amchidé ne souffre pas que de problèmes frontaliers, mais à cause du développement de l’activité économique, elle est confrontée à une croissance démographique très importante, et à la multiplication des problèmes urbains. » aujourd’hui, la population est estimée à plus de 15 000 habitants et pourtant, « il n’y a pas toujours une adduction d’eau potable…Amchidé n’a pas d’infrastructures et équipements sociaux collectifs de base suffisants pour le bien être de ses populations ». Également, cette ville qui s’est affirmée comme étant le poumon économique du département du Mayo Sava voit circulée sur ses terres, un nombre important de camions gros porteurs alors qu’elle « ne dispose pas de routes bitumées ou simplement en bon état ». Sur un tout autre plan, le manque de systèmes d’assainissement et d’écoulement des eaux usées vient poser un problème d’hygiène à l’heure où les maladies hydriques à l’instar du choléra jouent de la résistance au Cameroun.
Le préfet du Mayo Sava représenté par Hamidou, en lançant les travaux d’ouverture officiel des travaux d’élaboration du Psu, dira pour sa part que l’avènement d’un tel projet est la preuve que les populations d’Amchidé, bénéficient d’une attention particulière de la part des pouvoirs publics avant de demander à la population présente de faciliter la tache à l’équipe d’expert déjà sur le terrain. Selon lui, « la planification urbaine est un processus d’organisation et d’embellissement de la ville avec moins de problèmes d’infrastructures, notamment moins de problèmes d’assainissements et d’eau potable, mais aussi avec beaucoup de casses et de reprises pour tout ceux qui ont construit irrégulièrement ou qui sont installés de manière anarchique ».
Selon François Nanfack, chargé de mission de Cameroon Engineering, « le plan sommaire d’urbanisme est un document de réalisation, de contrôle et de suivi du développement urbain d’une ville ». il permettrait alors de mettre en place toutes les prévisions d’urbanisme et en même temps, d’éviter l’urbanisation anarchique. C’est ainsi qu’il a recommandé lors de son allocution, pour un meilleur suivit de l’élaboration du Psu, la mise sur pied d’un groupe de travail consultatif. Il s’agira pour son équipe de procéder dans un premier temps, à une enquête au près de 1500 ménages de la ville et ensuite de procéder aux relevés topographiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s