Roger Milla : « Un échec qui ne reflète pas nos qualités »


Présent à Johannesburg pour le compte de son association humanitaire, Roger Milla a accepté pour FIFA.com de dresser un premier bilan d’Afrique du Sud 2010. Une interview exclusive.

« Coeur d’Afrique Solidarité » occupe les journées de Roger Milla depuis avril 2005. La légende des Lions Indomptables est très investie dans le développement de son association, « qui va bientôt ouvrir un orphelinat de 100 places à Yaoundé, en attendant quatre terrains d’entraînement pour former des attaquants ». Mais le héros camerounais d’Italie 1990 reste toujours cet interlocuteur privilégié et prisé quand il s’agit de parler football. Il l’a fait avec plaisir pour FIFA.com.

Roger, quel regard portez-vous sur le parcours des Lions Indomptables dans cette Coupe du Monde ?
Le bilan est mauvais, il ne faut pas se voiler la face. Il est même très mauvais. On est passé au-travers dans la préparation, dans l’organisation, et surtout dans la discipline. Comment voulez-vous qu’un groupe fasse quelque chose en Coupe du Monde quand il y a des clans et que les joueurs ne veulent pas discuter entre-eux ?

Et le bilan général des nations africaines, qui n’ont pas répondu aux très hautes attentes ?
On espérait trois ou quatre nations du continent en huitièmes de finale, nous n’en avons qu’une. C’est donc un échec. Mais il ne reflète pas la qualité de nos joueurs et de notre football. On avait les moyens de rivaliser, mais comme avec les Lions, sans discipline c’est impossible d’être compétitif au plus haut niveau. Les préparations n’ont pas été bonnes. Je ne suis pas contre les entraîneurs européens s’ils parviennent à rester à l’écart des problèmes internes et vraiment apporter ce qui nous manque.

Est-ce que les équipes africaines vont pouvoir tirer les leçons de cette épreuve ?
Cette Coupe du Monde va ramener certains à la réalité. Car les meilleures équipes africaines, pour moi, étaient présentes ici en Afrique du Sud. Maintenant, tout n’a pas été noir non plus. Les Bafana Bafana ont réalisé de belles choses et le Ghana est passé au tour suivant.

Et puis il y a l’organisation, que vous avez déjà félicitée publiquement. Etes-vous surpris de sa qualité ?
Pas du tout, loin de là. J’avais dit bien avant que j’étais confiant et que ça serait une très belle Coupe du Monde. L’Afrique montre au monde entier qu’elle peut organiser un tel événement et j’en suis profondément heureux.

Quel message voulez-vous faire passer aux détracteurs ?
On a entendu beaucoup de choses pendant quatre ans sur l’incapacité supposée de l’Afrique à offrir un Mondial de très haut niveau. Soi-disant on n’avait pas les hommes, les stades, les infrastructures. C’est une leçon que l’Afrique du Sud est en train de donner car pour moi c’est la meilleure Coupe du Monde depuis celle aux Etats-Unis en 1994, avec la même atmosphère dans les stades et en dehors.

En tant que buteur, quels attaquants avez-vous plus particulièrement apprécié jusque-là ?
Sans hésiter David Villa, Gonzalo Higuain et Lionel Messi. Ce dernier n’a pas peut-être pas marqué mais son impact sur le jeu de l’Argentine est énorme. Asamoah Gyan aussi a été impressionnant. Et j’aime beaucoup Robert Vittek, le Slovaque.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s