Ngaoundéré : Un coupeur de route abattu


Il faisait partie d’un gang qui tentait de prendre un véhicule de l’armée chargé de munitions

Vendredi 4 décembre 2009. Il est minuit dans les alentours du village Tchabal à une trentaine de kilomètres de Ngaoundéré sur la route menant à Garoua. Des coups de feu retentissent, et un homme semble être touché. Le colonel Djou Esaïe, commandant de la légion de gendarmerie de l’Adamaoua est aux prises avec une bande de coupeurs de route, après avoir été informé quelques heures plutôt de leur présence dans les parages. Et c’est justement dans les alentours du village Tchabal qu’aux environs de 23heures, les brigands ont failli faire main basse sur un camion de l’armée de terre qui roulait en direction du Nord, chargé de munitions. Le camion avait été trouvé plutôt par le colonel Djou Esaïe et ses hommes alors qu’il était en panne. Et c’est en voulant approfondir les recherches qu’ils apprennent que le véhicule de l’armée laissé quelques minutes auparavant était attaqué par les brigands qui voulaient s’emparer des munitions. Les militaires chargés de convoyer le camion font alors face à l’armada qui leur fait opposition. Ils ne savent pas alors que les brigands ne disposent que d’une seule arme, un AK47 (Kalachnikov). Dans l’échange qui va suivre, les hommes en tenue vont réussir à toucher un bandit, malgré l’obscurité qui règne alors sur les lieux. Le colonel Djou et ses hommes sont rappelés d’urgence, pour retrouver le brigand touché. Il faudra attendre les premières lueurs du matin pour repérer le bandit touché par une munition. Le blessé est conduit d’urgence à l’hôpital régional de Ngaoundéré où il rendra l’âme dans la journée du samedi. Toutefois malgré sa convalescence, les enquêteurs ont tout de même pu extirper du blessé quelques informations capitales pour la suite des investigations. De l’exploitation du bandit, il ressort que le brigand était moto-taximan dans la ville de Ngaoundéré. Mouhamadou Moutarou, puisqu’il s’agit de lui, confiera également que deux de ses trois complices en fuite sont eux aussi moto-taximen dans la ville universitaire de Dang, à une quinzaine de kilomètres de Ngaoundéré. Les quatre bandits opéraient dans la zone couvrant le village Borongo à Tchabal. Ne disposant que d’une seule arme, ils optent de se fabriquer des copies identiques en bois. C’est avec ces fausses armes que le gang a pu dévaliser de nombreux voyageurs, jusqu’à ce qu’il ne soit mis en déroute ce samedi. Le membre du gang récupéré avait également en sa possession de nombreuses pièces de plusieurs camions différents, appartenant à des hommes d’affaires bien connus des populations. Ce qui montre à suffisance la connexion du groupe avec des réseaux hauts placés. Contacté à ce sujet le maire de la commune de Ngaoundéré deuxième Mohaman Toukour reconnaitra l’individu et fera appel à sa famille pour récupérer le corps. Il faut dire qu’à l’heure où l’insécurité mine les régions septentrionale, un nouveau plan a été mis récemment sur pieds, selon les déclarations du colonel Djou Esaïe. Une opération dénommée « LIKLOU » qui permettra, selon le commandant de la légion de gendarmerie de sécuriser les zones sensibles, notamment la zone de la prochaine exploitation de la bauxite.

David Wanedam

Publicités

One thought on “Ngaoundéré : Un coupeur de route abattu

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s