Rev. Dr. Thomas Nyiwe »Là où l’esprit de Dieu agit, l’esprit du diable est là »


L’homme de Dieu dans un entretien accordé à David Wanedam peu avant son sacre revient sur la vie de L’eglise evangelique Luthérienne au Cameroun, sécouée depuis quelques mois par des querelles de leaderschip.

Rev. Dr. Thomas Nyiwe, comment va l’EELC ?

He bien je vous remercie pour cette question, l’EELC va très bien. Les congrégations sont en prières, les prédications sont données, les enseignements sont données et l’EELC accompli efficacement sa mission qui est celle de proclamer le nom de Jésus-Christ. Donc l’EELC va très bien. Dans un communiqué du 11 novembre 2009, certains anciens vous suspendaient de vos fonctions.

Vous sentez vous justement évêque de l’EELC à quelques jours de l’installation ?

Je me sens toujours évêque à quelques jours de mon installation. Parce que, contrairement à ce que beaucoup pensent, j’ai été évêque depuis le 24 juin 2000 lorsqu’on m’a élu pour la première fois comme guide spirituelle de l’EELC. Donc je me sens toujours évêque ; et quand bien même cette nouvelle (communiqué, Ndlr) que tous les camerounais ont lu à travers certains journaux serait vrai, je me sentirai toujours évêque parce que j’ai été consacré au saint ministère de la parole et des sacrements le 31 octobre 1982, ça fait 27 ans de ministère. J’ai prêché dans de nombreux pays, je suis un homme heureux. Dans le communiqué, il est dit par exemple qu’il y’a en fait deux Eglises : l’Eglise Evangélique Luthérienne DU Cameroun, et l’Eglise Evangélique Luthérienne AU Cameroun. Lorsque je regarde l’Eglise que je dirige, je ne regarde pas les petits groupuscules, je ne regarde pas les anciens dans leur agitation, mais je regarde l’Eglise où le souffle de l’esprit agit. Rendez-vous par exemple à Soulma où il y’a deux semaine j’a dédicacé la chapelle. Il y’avait plus de mille personnes, mille personnes qui ont écouté l’évangile, il y’avait au moins dix personnes qui ont été baptisés. Voilà moi ce que j’appelle Eglise. Rendez-vous à Béthél I où j’ai passé la fête des récoltes récemment. Il y’avait des youyous, que de joie, que de louanges adressées à Dieu, c’est ça que j’appelle, moi, une Eglise. Je rappelle que c’est dans cette même chapelle de Bethel I qu’un pasteur a été chassé par les fidèles… Oui. Ça c’est la part humaine. Là où l’esprit de Dieu agit, l’esprit du diable est là. Et nous acceptons cela mais tout de même on sait que l’esprit de Dieu agit. Donc lorsque je parle de l’Eglise qui se porte bien, je parle de l’Eglise selon la perspective de Dieu. Je parle de l’Eglise selon la compréhension ecclésiologique qui est la nôtre. Je ne parle pas de l’église institution, je ne parle pas de l’Eglise à la traîne des anciens assoiffés à la recherche des intérêts humains. Je ne parle pas de cette église là,je parle de l’Eglise telle que perçue par Dieu. L’Eglise pour laquelle nous autres, vieux pasteurs avons été consacrés. J’ai été consacré à l’âge de 25 ans, aujourd’hui je totalise 53 ans. Et si je devais renaître ou choisir un autre métier, je choisirai d’être pasteur. On a comme l’impression que les voix ont commencés à s’élever à partir du synode de Bankim en juin dernier, lorsque vous avez été reconduit à la tête de votre dénomination religieuse. Bien. Il y’a toujours division. Là où le diable est à l’oeuvre, il y’a toujours division. Le simple fait que je n’arrive plus à me saluer avec mon chrétien qui était constamment avec moi, c’est déjà le signe de la division. Il ne faut pas s’attendre à une grande division, pour dire qu’il y’a schisme.

Mais pourquoi ces dissensions n’arrivent que maintenant ?

C’est les conséquences du péché. Nous avons beaucoup plus pensé à l’aspect humain, nous avons plus pensé à l’aspect matériel, nous avons oublié le véritable aspect de la vie de l’Eglise : j’entends par là l’obéissance à la parole de Dieu, l’amour du prochain, le pardon du prochain, …. Mais quand ces aspects qui fondent, qui caractérisent la vie de l’Eglise tel que vécue et par les disciples, et par les apôtres des premiers temps, quand cet aspect n’existe plus, vous voyez ce que vous voyez aujourd’hui. L’action du saint esprit au sein de l’EELC est invisible, personne ne peut dire : « voilà, je vois l’esprit Saint », on peut dire cependant « je crois le Saint esprit ». Ce sont les petites agitations, la course aux questions pratiques que l’on voit. Et malheureusement ce sont ces agitations qui sont décriés par tous, ainsi que les médias. Le synode de Bankim a été une bonne et une mauvaise histoire à la fois. Pour ceux qui ont pris Bankim comme lieu de dispute ; lieu de vengeance et d’attaque ; Bankim a été une réalité négative. Mais pour ceux qui ont pris Bankim comme lieu de rencontre des enfants de Dieu, comme lieu prière, comme lieu d’écoute de la parole de Dieu, Bankim a été une bénédiction. La question c’est maintenant de savoir quel fidèle était de quel côté. Je ne serai pas ale premier à vous donner la réponse. Il y’a eu entre temps un développement négatif. La vraie église n’est pas là où tout le monde est soudé, mais tous sont solidement attachés au seigneur Jésus-Christ. Si les uns et les autres sont solidement attachés au seigneur Jésus-Christ, les uns et les autres auront de très bonnes relations.

 Dans un communiqué récent, des anciens d’églises vous suspendaient de vos fonctions. Pouvez-vous nous expliquer la place de l’ancien dans l’EELC ?

 Il faut être spécifique et dire que nous avons à faire à une dénomination luthérienne. Elle n’est pas une dénomination réformée avec les types d’organisations presbytéro-synodale. Elle est une dénomination luthérienne avec un type d’organisation particulier. Ici les anciens sont des chrétiens engagés dans la vie d’une congrégation donnée. Et dans le langage luthérien qui est le notre, une congrégation c’est le lieu où se passe le culte. Le rôle de l’ancien de l’église, c’est d’assister le pasteur dans l’accomplissement de ses taches. L’ancien de l’église doit apporter son expertise dans l’organisation pratique de la vie de la congrégation. Donc l’ancien de l’église est un collaborateur du pasteur. Il n’est pas au-dessus du pasteur, mais plutôt responsable devant le pasteur. Ça c’est au plan local. L’EELC n’a pas une structure qui s’appellerait association des anciens de l’EELC. L’ancien ne s’occupe que des questions de sa congrégation. Je laisse le soin aux fidèles de juger de l’attitude de ces quelques anciens. En changeant la dénomination de l’Eglise, on a plutôt l’impression que l’EElC est une branche d’une église mère basée au Etats-Unis, l’ELCA en l’occurrence. Il ne faut pas faire l’amalgame. L’EELC est une église autonome théologiquement, spirituellement, je ne dirais pas financièrement. Ça veut dire que s’il fallait que les luthériens aient un pape, ce pape ne serait pas l’évêque de l’Eglise évangélique luthérienne aux Etats-Unis, ce pape serait moi-même. L’autorité de l’EELC c’est le synode général, et non une autre institution basée à l’étranger.

Donc il y’a pas dépendance entre l’EELC et l’Eglise Evangélique Luthérienne aux Etats-Unis. Au dernier synode de Bankim, l’EELC devait prendre sa position par rapport à l’homosexualité. Mais ce dossier a été renvoyé. Pourquoi ?

Nous avons renvoyé le dossier de l’homosexualité parce que les théologique de l’EELC sont entrain de sortir une position biblique et claire. Nous avons jugé que c’était prématuré d’en parler, avant que la brochure de soit publié. Mais l’EELC a déjà exprimé clairement sa position, que vous pouvez lire dans mon rapport, y compris dans le procès verbal du synode général de Garoua en 2007. Nous avons dit : “L’Eglise condamne toutes les déviations, y compris l’homosexualité”. Depuis Garoua jusqu’aujourd’hui, l’EELC n’a pas changé de position. Nous n’allons pas céder, nous disons non à l’homosexualité. En passant du système présidentiel au système épiscopal, on a comme l’impression que vous voulez prendre plus de hauteur par rapport à vos pasteurs. Je vous dirai tout de suite que le président est plus haut que l’évêque. L’évêque est serviteur, tandis que le président est administrateur de l’Eglise. Dès lors que je deviens évêque, tout dossier qui concerne le recrutement, et les autres structures vont aller sur la table du Secrétaire général. Dans les institutions de l’EELC, des cas de détournement ont été enregistrés ces dernières années. A l’heure où nous parlons, je n’ai pas eu vent de détournement récent. Je sais qu’avant le synode de juin, il y’avait cette question de détournement de 37 millions étamés sur trois ans. Les enquêtes ont été menées et les responsables ont reconnus leurs fautes, et la personne a intervenue. Il y’a aussi l’affaire dit du PADI qui nous a couté 15 millions. L’EELC emploie 1800 personnes, donc il y’a des brebis galeuses. Je reconnais ici qu’il y’a des cas de détournement au sein de l’EELC. Il y’a une question qui taraude quand même notre esprit.

Qui viendra vous installer finalement dimanche prochain, ceux de l’ELCA peut-être ?

Vous savez dans la pensée luthérienne tout acte sacré est accompli par le Dieu invisible. C’est bien sûr le conseil synodal qui installe son évêque, mais il y’a au centre le Saint Esprit. Les autres personnes ne sont que les instruments de Dieu. Dans la conception luthérienne de l’épiscopat, l’évêque luthérien doit être installé par trois autres évêques luthériens. Nous avons cherché au Cameroun, nous n’avons pas trouvé. Donc nous avons invité l’archevêque luthérien du Nigeria, l’évêque luthérien de Namibie, l’évêque norvégien et l’évêque américain. Mais dans la logique théologique, ces évêque qui viennent m’installer ne sont que des instruments de Dieu. C’est Dieu qui agit et non la personne. Donc quelque soit le péché de la personne qui oppose ses mains, il n’y a pas de transfert de ce péché. Ce qui est important c’est l’acte que Dieu fait à ce moment là.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s