INTERVIEW: FOUDAMA, « Les semences que nous utilisons sont adaptées aux aléas climatiques »


 

Le coordonnateur national du programme d’amélioration du revenu familial rural (Parfar) s’est confié à l’occasion de l’atelier d’évaluation du volet semencier de Maroua.

coordo parfar
M. FOUDAMA

Les changements pluviométriques sont une réalité, quel amélioration semencière disposiez vous pour booster le morale des producteurs ?

 

L’activité semencière développé par le Parfar consiste dans la vulgarisation pérenne des cultures vivrière pratiquées dans les régions septentrionales. Notamment, le sorgho, le mil  l’arachides, le niébé. Ces particularités sont la propriété des cultures vivrières et le plan fruitier améliorés. Les manguiers, goyaviers et les citronniers font aussi partie de notre mission principale. Quant à ce qui concerne les dispositions prises dans le programme de l’adaptation aux aléas climatiques, je dois dire que les variétés que nous utilisons sont adaptées aux conditions climatiques des région du nord. A ce niveau, nous osons croire que la probabilité de rencontrer des difficultés majeures n’est pas grande.

Le coût élevé des intrants  agricoles se présente comme un véritable handicap pour son utilisation par les paysans, le Parfar n’a t-il pas mener de plaidoyer pour la baisse des prix?

Le problème des intrants agricoles n’est pas spécifique seulement au niveau des régions septentrionales, mais c’est un phénomène qui suit les cours du marché mondial. Évidemment ce problème reste réel, mais les pouvoirs publics ne sont pas restés les bras croisés par rapports à ce problème. Nous avons une structure au niveau du ministère de l’Agriculture qui s’occupe essentiellement des problèmes des intrants agricoles. Le programme de reforme du secteur engrais a revue sa stratégie pour répondre efficacement aux besoins des producteurs. De la même façon, les pouvoirs publiques ont crée toute une direction de réglementation de contrôle et de la qualité des intrants. Cette politique vise à mettre ces intrants dans les circuits de distribution.  Et d’une manière favorable, les paysans sont servis par ces intrants qui sont d’une très bonne qualité. Certes, ce problème d’intrant est réel mais il est géré par les pouvoirs publics 

Peut-on disposer des statistiques sur la viabilisation des compétences de vos partenaires à la recherche semencière?

Justement au niveau du programme, nous avons donné une place prioritaire à la recherche afin de  produire dans les normes des semences de qualité. Mais également nous avions formés des Gic fonctionnelles. Dans l’Adamaoua, nous avons formés 70 Gics et dans le Nord 158. Par ailleurs, ces groupements ont été structurés en union. Les unions ont été à leurs tours regroupés en fédération. Aujourd’hui nous sommes entrain de nous atteler à les unir afin de créer une structure interprofessionnelle dans les jours à avenirs. Je pense que toutes les structures qui sont encadrées par nous, sont dotées des capacités techniques pour pouvoir produire dans les normes des semences de bonne qualité.

Quels défis entend relever votre organisme à l’avenir?

Je venais de dire qu’un travail en amont a été fait. Le travail de structuration, d’animation et formation en directions des  opérateurs semenciers. Également des appuis multiformes en termes d’infrastructure et financement ont été réalisés. Actuellement ce que nous recherchons c’est de définir avec toutes les parties prenantes du programme, des actions concrètes que nous devrons à court terme, mettre en œuvre pour laisser une filière semencière professionnelle et solide.

Recueillis par Happy Abel

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s