Choléra : 65 morts au finish


La récente tournée du ministre camerounais de la santé publique André Mama Fouda, et du secrétaire d’Etat Alim Hayatou aura permit de faire le point sur le nombre exact de décès dû au choléra. Des rapports présentés par le ministre jeudi dernier au cours du conseil des ministres.  Selon le ministre, ce sont au total 65 personnes qui ont trouvé la mort sur les 407 cas signalés dans sept districts de santé sur les quatorze que comptent les régions du Nord et de l’Extrême-Nord.

Dans son rapport intitulé « La riposte gouvernementale face à l’épidémie de choléra dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord », le ministre a fait savoir que 60% de ces décès sont survenus dans les communautés, preuve de l’efficacité de la prise en charge gratuite dans les formations sanitaires. Il a également noté que l’épidémie en question était en voie d’extinction complète grâce à la synergie créée entre les différentes autorités. Il a également noté un taux de létalité de 16% dans les deux régions.Un bilan qui ne semble pas satisfaire l’ensemble du corps médical, au premier rang desquels le ministre de la santé en personne.

En tout cas, dans les régions concernées, et plus explicitement dans les trois départements que sont le Mayo-Sava, le Mayo-Tsanaga et le Mayo-Louti, au-delà du réconfort apporté par la présence de André Mama Fouda, c’est un ouf de soulagement qui règne au sein des populations. Des populations qui avaient déjà subi la psychose que le choléra faisait régner dans les districts de santé concernés ou non.

Pour l’heure, les mesures prises par le gouvernement pour enrayer définitivement la maladie vont dans le sens de mener en permanence des campagnes d’hygiène et de salubrité. Une campagne déjà perceptible à travers les antennes de toutes les radios émettant dans les régions septentrionales.  Au ministre de la santé, il a été prescrit de renforcer la surveillance épidémiologique, principalement dans les zones frontalières. Car il ressort que la maladie s’est propagée dans la zone suite à des mouvements de personnes avec le Nigéria voisin où la maladie s’était déclarée quelques mois auparavant.

La campagne étendue dont il sera question concerne toutes les couches de la population, ainsi que toutes les institutions œuvrant dans l’éducation, ou étant en rapport avec les populations. Et c’est dans ce sens que le ministère d l’éducation de base et celui des enseignements secondaires y sont impliqués à plus d’un niveau.

Personne ici n’oublie les affres causées par le choléra dans le septentrion. Au milieu des années 90, la maladie avait fait autant de ravage dans la région du Nord.

David W.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s