Kousseri Grève chez les transporteurs routiers Ils dénoncent les multiples exactions dont ils sont victimes dans l’exercice de leurs activités une fois qu’ils sont au Tchad.


Le poumon de l'économie
Le poumon de l'économie

Trois jours « seulement« , c’est le temps qu’aura durée l’arrêt de travail observé par les transporteurs routiers desservant le Tchad voisin à Kousseri. Et pourtant les conséquences sur le commerce et la vie en territoire tchadien sont très lourdes. De l’argent perdue, des  ruptures de stock, des délais non ténus, la hausse des prix et bien d’autres. « A Ndjaména, si les camions n’entrent pas dans la ville pendant une seule journée, ce que c’est grave pour les populations… » explique un transporteur. Un éclairage qui laisse entrevoir la sensibilité de la situation. C’est ainsi que plus de 300 camions sont restés stationnés des journées entre le pont Ngueli côté camerounais et le bureau des douanes de Kousseri sis au quartier « Hilé Haoussa » pendant les trois derniers jours du mois de septembre. Le collectif des grévistes a adressé une correspondance à l’autorité préfectorale du Logone et Chari le 28 septembre 2009, jour du début de la grève. Dans celle-ci, ils fustigent les nombreux déboires qu’ils subissent en terre tchadienne. Les tracasseries routières sont citées à bonne place, en effet, « entre le pont Nguéli et la ville de Ndjaména, c’est tout les corps en tenu qui font le contrôle, douaniers, policiers, militaires et même des personnes dont on a du mal identifier la qualité viennent exiger des papiers et vous arnaquent que vous soyez en règle ou pas  » regrette un chauffeur. L’autre doléance est liée à l’inconfort qu’éprouvent les camerounais en transit au bureau de douane de Ndjaména. Plus expressément, aucune latrine n’est ouverte pour leurs besoins naturels, alors que les transporteurs y font des escales « obligées » qui peuvent durer d’un à deux jours et il nous parvient qu’en moyenne c’est une cinquantaine de camionneurs qui peuplent les lieux. « Lorsqu’ils nous attrapent en train de nous mettre à l’aise, ils nous taxent des amendes de 5000 f cfa alors qu’ils n’ont pas construits des latrines. » s’insurge A. Abaka Moussa, chauffeur camerounais. Les grévistes ont également attiré l’attention du préfet de Kousseri sur des cas d’injustices dont leur collègue serait victimes toujours en terre tchadienne. Un chauffeur de nationalité camerounaise serait entrain de croupir dans les geôles tchadiennes depuis quatre mois. En effet, suite à un accident de la circulation à Ndjamena où un citoyen tchadien décède, selon la « dia » coutume islamique qui a pignon sur rue dans le pays, une amende de 50 millions de francs cfa lui est réclamée. Pour le camerounais, l’assurance seul devrait couvrir les frais, ce que n’entendent pas les tchadiens. Il se raconte aussi qu’un Motors boy camerounais, serait en prison. On l’accuse d’avoir violé une fille et 300 mille francs lui est réclamé à titre d’amende.

C’est finalement grâce à l’entre jambe du commissaire divisionnaire Hassan Moussa alias Djangou, le chef de poste de Ngueli qui s’est mué en facilitateur que les transporteurs camerounais vont revenir à de bons sentiments et lever leur mot d’ordre de grève. Des débuts de solutions sont trouvés à leurs problèmes. Les latrines seront construites, les tracasseries routières vont se conjuguer au passé affirme la partie tchadienne, assurance garantie par le ministre de l’intérieur et le patron de la gendarmerie. Pour ce qui est des prisonniers, une entente partielle serait trouvée. L’assurance va couvrir le dommage causé à l’ayant droit de la victime. Toute chose qui laisse espérer une libération très prochaine du chauffeur.

Bruno Patchoaké

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s